Open/Close Menu FIND is a non-profit Swiss foundation with a mission to promote intercultural dialogue between India and other countries.

Dans le cadre de la manifestation Dessin au Quartier Drouot
Laure et Hervé Péron sont heureux de vous inviter à leur cocktail de vernissage le jeudi 15 mars 2018 à 18h.

Galerie Hervé Péron
28 passage Verdeau
75009 Paris
+33 1 47 70 60 74

Exposition du vendredi 16 au samedi 31 mars 2018.

Alain Daniélou et les Arts

Alain Daniélou traverse le XXème siècle d’une manière très originale. Fils d’une mère éducatrice très religieuse et d’un père souvent ministre on s’étonne de le voir, dès sa jeunesse, dans cette famille conservatrice, beaucoup plus se tourner vers les arts. On l’appellerait aujourd’hui un surdoué tant il est précoce à se lancer dans la peinture (nous avons des aquarelles datant de ses 12 ans,) vers le chant puis le piano, puis vers la danse.
Malgré sa vie de nomade et les nombreuses activités qu’il a eues toute sa vie, la peinture est restée une constante jusqu’à sa mort en 1994.
La fondation Find qu’il a créée contient une grande partie de cette œuvre, principalement des aquarelles. Je citerai entre autres
Une série de 103 dessins illustrations d’un tour de monde en 1936/37
Une série côte d’Azur
Une série corse
Une série algérienne (1926)
Une série Obock chez Henry de Monfreid en Somalie
Une série au collège d’Annapolis (USA)
Un très important fonds indien avec aussi beaucoup de dessins anatomiques, de portraits et d’huiles réalisés dans tout le subcontinent de Bénarès à Pondichéry, de l’Himalaya au Bengale.(1930/1958)
Une autre importante série européenne principalement italienne.
Ce n’est que très tard, à la fin des années 80 et au début des années 90 qu’il présentera son œuvre à Paris entre autres à la galerie Régine Lussan rue de l’Odéon 6ème.
Son peintre favori est toujours resté William Turner. Adolescent il faisait déjà le voyage à Londres pour admirer cette collection conservée à la Tate gallery.

Il écrit dans ses mémoires (« Le chemin du Labyrinthe, l’Age d’homme » Lausanne 2015 et ebook Asieur
Page 340/341

Aquarelles

J’ai, depuis mon enfance, toujours pratiqué la peinture, en particulier l’aquarelle qui permet une traduction directe de l’atmosphère d’un paysage, une sorte d’analyse intuitive des composantes de la beauté du monde. L’huile, par contre, convient pour des portraits, des personnages, des compositions. C’est un médium moins fluide, moins léger pour fixer une image fugitive.
J’avais pratiquement cessé de peindre dans mes années à Berlin (1963/1980). Je n’en avais pas le loisir. C’est avec bonheur que j’ai recommencé à transcrire dans des aquarelles la tendresse que j’éprouve pour des paysages, des ciels, des arbres enveloppés de brumes ou noyés de soleil.

En 1987, la galerie parisienne de Régine Lussan m’a proposé une rétrospective de mes aquarelles, images de l’Afrique, de l’Inde, de l’Italie. J’en fus très heureux et, à ma surprise, Régine trouva des acquéreurs pour un bon nombre de mes modestes œuvres. J’avais vendu de nombreuses aquarelles quand j’étais étudiant en Amérique. Il m’a fallu attendre soixante ans pour retrouver un public chaleureux. Il est vrai que la triste période de l’art abstrait avait détourné l’art de peindre de l’observation du réel. Je me souviens de Maurice Sachs me disant que je ne comprenais rien à l’art car j’aimais Turner et Monet et n’appréciais pas Picasso, Braque et le cubisme.

Entre temps je me suis amusé à orner la piscine du Labyrinthe de fresques de type étrusque et à imiter la peinture romaine pour décorer les murs du mithraeum, un petit sanctuaire à Mithra que j’ai fait construire dans une aile de la maison.
En 1989 Régine Lussan organisa une seconde exposition. J’y ai montré de nouvelles aquarelles de villes et de paysages d’Itaie, de Venise, de Florence et de Rome. Puis de nouveau en 1991, beaucoup de mes souvenirs d’Inde comme de ma visite à Henry de Monfreid sur la mer rouge, ont pris leur envol.
Par ailleurs je n’ai jamais exposé les grandes huiles représentant des personnages et des animaux qui encombrent les murs de la maison.

Jacques Cloarec, Lausanne (Mars 2018)

PEINTURES


Write a comment:

You must be logged in to post a comment.

© FIND Foundation faire un don à la Fondation

design: Takk.studio - development: Archipel Studios

error: Content is protected / Contenu protégé